L’étape 4 en images

L’étape 4 en images

📸 Retour en image sur l’étape 4 (étape du 05/01) que Jean-Claude et Jérôme ont affronté.

Un petit résumé de l’étape par Jean-Claude et Jérôme :
Départ pour l’étape 4 et la spéciale la plus longue du rallye. Il fait soleil mais seulement 10 degrés. On commence par 100 kms de liaison. Nouveau problème avec la tablette, heureusement un technicien ERTF est présent au départ de la spéciale et trouve la solution. Ouf !!! Jérôme va pouvoir naviguer avec les bons outils.

On part pour 465 kms sur un vaste plateau en sol dur avec des traces à peine marquées dans tous les sens. Il faut vraiment bien naviguer au cap et ça mon garçon sait faire. On est souvent dans le doute en croisant d’autres concurrents ou en les voyant partir dans d’autres directions. On valide les waypoints les uns après les autres et on réussit à atteindre le 125 à plusieurs reprises. Le rythme est très rapide, les pièges sont nombreux et pas souvent annoncés. À 50 kms de la première neutralisation, juste après un bon saut, le moteur s’arrête et un message d’alerte s’affiche « Fuel pressure low » ce qui signifie pression d’huile basse. Impossible de redémarrer. Jérôme descend pour vérifier et appelle notre assistance sans réussir à les joindre. De mon côté je me souviens que le véhicule est équipé d’une pompe de secours. Je l’active et on redémarre. Ouf !!!  Le soir nos mécaniciens vérifient et trouvent la cause, un connecteur s’est débranché sur le saut.

On poursuit notre course sur un bon rythme. Le paysage défile, on traverse des plateaux rocailleux, des zones de dunes et des zones avec une belle végétation naine. C’est assez joli. À mi parcours on crève une roue dans les rocailles. 10 mn de perdues. On passe une série de dunes très raides et très hautes où plusieurs concurrents sont en galère. On fait les 80 derniers kilomètres de nuit et une bonne partie dans des waddi, terme utilisé pour désigner un lit de rivière. On s’est cru à Vassiviere. Piste complètement défoncée, de grands bourbiers où plusieurs sont restés plantés. Ce genre de difficulté on connait et on a bien géré.

Au final on est arrivé au terme de cette spéciale. Jérôme a encore navigué comme un chef, juste un petit jardinage. Dans ce Dakar on se rend compte que chaque étape est différente, il y en a pour tous les goûts. C’est vraiment une belle épreuve et on prend beaucoup de plaisir même si les difficultés sont bien présentes. Sur les 110 kms de liaison restants, nous avons eu un souci à 20 kms du bivouac. Notre variateur a lâché. L’assistance est venue nous retrouver pour le changer sur place. C’est un défaut de fabrication apparemment. La chance nous a sourit, cela aurait pu arriver en spéciale. La bonne nouvelle, on gagne 2 places au classement général et la course se poursuit.

1 Comment

  1. Sensationnel ce reportage
    Merci et bon courage de marathonien des pistes !

Leave A Comment

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Derniers posts

315419001_5789161927809733_6400971730926421160_n
313407565_5747161442009782_4170880146717030408_n
cb4cd
photos_1A-04