Etape 4

Etape 4

 📸 Un petit retour en image sur la quatrième étape (le 04/01) que Jean-Claude et Cyril ont affronté.

Résumé de l’étape par les pilotes : 

Pour commencer, je veux mettre les projecteurs sur notre assistance Xtremplus. Depuis leur arrivée au Dakar, ils enchaînent les nuits blanches pour s’occuper de nos machines. Ils en cumulent déjà 6 depuis le début. Ce sont de vrais Warriors et un exemple pour nous tous. Ils font tout cela pour nous permettre de vivre la meilleure course possible. Leur plaisir, c’est de nous voir poursuivre la course. En les voyant, je me dis que l’homme est capable d’aller au bout de ses limites en fonction des enjeux. Encore Bravo et Merci.

Maintenant mon résumé. 

On enchaine les galères. Départ à 9 h 56 du bivouac pour 96 kms de liaison. On part à 12 h pour 422 kms de spéciale. C’est compliqué dès le départ, sable humide et piste défoncée. Au km 10 , on est crevé de la roue arrière droite alors que nous n’avons rien tapé. Ensuite au km 40, je dois faire une marche arrière pour redescendre d’une dune que l’on n’arrive pas à monter. Impossible ensuite de raccrocher la grande vitesse. On perd du temps mais Cyril réussit à trouver une combine pour l’enclencher. C’est mieux que rien mais à chaque fois que je remettrai la marche arrière on devra reperdre du temps. 

Au kms 120 nouvelle crevaison de la roue arrière droite 😡😡. Entre temps notre radio s’était arrêtée de fonctionner. Cyril en profite pour changer les piles et ça remarche. 

Par contre les paysages traversés sont magnifiques et grandioses. 

On repart et à nouveau une panne de la pompe de lave glace . Au km 172 nouvelle crevaison mais de la roue avant droite toujours sans aucun choc avant. Problème, on a plus de roue de secours et on n’a pas de mèches 😟 . On doit se résigner à attendre notre assistance qui arrivera une heure 15 plus tard. 

On repart à un rythme de sénateur. Au kms 200 on retrouve 3 équipages de notre Team. Ils sont en panne d’essence. On repart en tendant le dos. On arrive à la neutralisation au kms 212 mais le refueling est en fin de neutralisation au km 248. On espère trouver une solution avant. Au kms 228 on tombe en panne d’essence à notre tour. Je décide d’arrêter un autochtone pour nous tracter mais il n’y a pas beaucoup de circulation. Les 6 ou 7 premières voitures refusent de s’arrêter. Je finis par trouver une bonne âme au bout d’un bon quart d’heure. On se fait tracter sur 20 kms et on peut refaire le plein. Ouf !!! Et merci à notre bon samaritain. 

On se présente ensuite au départ de la spéciale tout heureux. Là, grosse déception, il est 19h26 et notre temps limite était fixé à 19h20. On a pourtant fait de notre mieux mais quand le sort s’acharne on n’y peut rien. Nous ne serons donc pas finisher cette année mais la course continue quand même. Reste 180 kms de liaison pour rejoindre le bivouac. On dégringole de la place 21 à la place 38. Dur à avaler mais c’est la vie. En route maintenant pour l’étape 5.

Leave A Comment

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Derniers posts

429_rodrigobarreto_1326666_55716
429_magnustorquato_072338_55716
429_rodrigobarreto_1225676_55716
429_victoreleuterio_112038_55716